AccueilRechercherFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Molov, un conteur né (probablement).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Molov, un conteur né (probablement).   Mar 8 Avr - 23:59

[HRP]Je refais un Thread pour des raisons d'ordre et pour éviter toute confusion, s'il vous plait, les commentaires à la fin. Merci.[/HRP]

Edité par Element-K : Désolé d'interférer, mais les commentaires dans Le coin des Badauds svp merci, et bonne lecture !


Molov prend sa plume de Tofu Royal -étant riche il a les moyens de se payer ça-, ouvre un bouquin d'une dizaine de pages, trempe la plume dans de l'encre importée d'une contrée lointaine et inconnue et commence à rédiger un moment de sa vie en souvenir et pour immortalisé ces premiers moments qui lui furent très important et particulièrement choquant, surtout quand il se les remémore comme une bande passante jaunâtre de vieillesse où il se voit lui-même. Tout a commencé au mois de Jouiller.


Chapitre I "Une arrivée mouvementée."




J'étais un petit Sadida... faible à l'époque, contrairement à beaucoup d'histoires tragiques où les parents sont mystérieusement assassinés ou ont disparu, moi je vivais une vie tranquille à cette époque, c'était la douce année de l'an 636, un jour, en recherche de sensations fortes, je quittai mes parents, ma maison. Après plusieurs jours de voyage, des ampoules aux pieds, des poils salis par la marche et une cheville tordue, j'arrivai aux portes d'une citée, les portes étaient d'un bois classique. À droite de la porte je vis une vieille pancarte couverte de mousse. Du revers de la main, j'ai enlevé la mousse et pu lire "Tainéla, le berceau" immédiatement j'ai pensé "Tiens, ca se présente déjà plutôt original, Tainéla... T'es né là.. hum !".


Fatigué, je suis entré dans la ville, elle parut acceuillante, mais je suis tombé malheureusement dans une trappe, qui m'a conduit dans un étrange endroit couvert de végétation. Après quelques minutes pour me remettre en état, ramasser les objets qui étaient tombés et manger un morceau de pain, j'entendis de lointains pas qui s'approchaient. Ils étaient lourds et résonnaient dans la salle, et tout d'un coup, un aigle géant sortit par une porte qui n'en était pas vraiment une. Un aigle avec une noble allure, un accoutrement hors du commun pour un aigle, de puissantes pattes qui paraissaient prêtes à me déchiqueter en petits morceaux, il leva la main, je me préparai à me battre encore une fois, mais au lieu de m'attaquer sauvagement, il me répondit calmement "Du calme voyageur, je m'appelle Ganymède..."



A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Mer 9 Avr - 0:12

Chapitre II "L'entraînement au combat"



Après moultes questions stupides et des réponses pas vraiment mieux, on commenca donc l'entraînement, Ganymède sorti une étranges boîte grise avec un bouton rouge au centre, il appuya dessus et un épouvantail sorti soudainement du sol, il m'expliqua donc comment l'attaquer, il me disait aussi de ma placer plus près du l'épouvantail, j'ai refusé et je voulais rester à ma place mais finalement l'aigle a su être très persuasif, on commenca donc, il me dit de m'approcher, je lui demandai pourquoi mais ne voulant pas me répondre en paraissant quelques peut irrité il me poussa contre l'épouvantail, il m'ordonna de l'attaquer, n'ayant pas d'arme et étant Sadida, je levai donc les 2 poings en l'air et me mis à crier comme tout bon Sadida qui n'a pas d'arme, j'abatti rapidement et furieusement les poings sur l'épouvantail ne lui causant que peu de dommages... déçu j'allais recommencer mais Ganymède m'en retint et me jeta hors du combat, il tua l'épouvantail sans même le toucher, il était vraiment costaud pour un aigle!


Ensuite il me demanda de me suivre, j'ai refusé encore une fois mais il m'attrapa par le bras et me poussat dans une étroite salle avec une petite araignée innofensive, tellement innofensive qu'elle me sauta dessus et me piqua le bras, pris de fureur je l'ai attaqué, et juste en me préparant, il m'explica que j'avais des sorts pour me défendre à distance "Et c'est maintenant qu'il me le dit ! Pffff !" donc je lançais ma première ronce, elle rata misérablement sa cible et elle est tombée à côté, l'araignée me piqua le pied, et très énervé, je lui lanca une autre ronce qui, cette fois ci, la tua. Après avoir dis à Ganymède qu'il pouvait m'expliquer il me dit "Je te lance un pari, si tu la bas d'un seul coup, je t'offre ce collier Aklou 'Mh ! Ca doit piquoter!" et si tu ne réussi pas, je prendrais le peu d'argent que tu as sur toi."


Décidé, j'attaquai de nouveau l'araignée, je lançai à nouveau la fameuse ronce, et je ne la tua pas sur ce coup ! L'araignée s'approchant dangereusement, je jettai un coup d'oeil rapide par dessus mon épaule pour voir Ganymède occupé à faire son stupide collier, j'en profita donc et je l'écrasai avec mon pied, ni vu ni connu je retournais voir monsieurs l'aigle et je lui ai dis que j'avais réussi, il me donna donc le collier et me dis "Tu viens de passer niveau 2, félicitation !" Je me demandai "Je suis passé quoi ?" Et tout d'un coup je senti une étrange sensation me parcourir le dos, je me sentais comme neuf, pas fatigué, régéneré, parfaite santé, heureux d'être à présent "niveau 2" je continuai ma course à travers les salles de la minuscule grotte, arrivé à la dernière salle, Ganymède m'attendait, il me proposat d'aller à Astrub mais avant si j'avais besoin d'information, après un bavardage d'une heure, dont au moins les trois quarts étaient inutile, Ganymède, décidémment très en colère, ouvrat une porte et me poussa violament dedans, qu'est ce qu'il y avait derrière cette sombre porte ? Voilà ce que je me demandais et j'allais bientôt le découvrir!



Dans le prochain chapitre : Chapitre III "Astrub" et passage du passé simple au passé composé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Sam 12 Avr - 0:13

Chapitre III "Astrub alias NoobLand"



Pour commencer, je suis donc tombé à côté de la statue de Sadida, malheureusement, comme beaucoup de nouveau étaient avec moi, je leur suis tombé dessus, ça leur à pas plu, ils ont rien trouvé de plus logique que de me virer avec des coups de pied, je me suis décalé en conséquence, blessé, j'ai parlé au monsieurs qui avait l'air de savoir beaucoup de chose, il me dit qu'il ne voulait pas me voir parce que j'avais foutu le bazard et m'a envoyé à la Statue Eniripsa pour blessures, ne connaissant absolument pas "Astrub" j'ai demandé mon chemin à quelqu'un qui passait par là, avec une tête de mouton qui tire la langue et dégeant une odeure atroce, mais celui ci avait l'air un peu fou et m'a répondu dans un langage un peu comme ça "kass toa noub, je t'éxploze kan j'veu", je suis parti alors chercher cette fameuse statue.



Après une petite heure en déambulant dans la ville, un petit massacre de piou, un sac rempli de plumes de toutes couleurs, un oeil au beurre noir à cause d'un sujet qui avait un peu de mal à contrôler sa violence, je suis arrivé à la statue, la madame qui s'occupait des nouveaux arrivants m'a acceuilli chaleureusement, m'a soigné et ensuite elle m'a envoyé revoir l'autre type qui m'a viré de ma statue, mais cette fois, je connaissais le chemin, ça ne m'a pris que 5 minutes, pour une fois, aucun problème, à part un piou écrasé mais passons. Il m'a expliqué que je pouvais avoir mon arme de prédilection, le bâton, si je faisais certaines choses pour lui, je suis allé chercher ce qu'il demandais, je lui ai donné tout et m'a fabriqué le bâton, tout fier, je suis aller visiter la ville avec ma toute nouvelle arme.


En une demi-heure j'ai visité beaucoup d'endroit, des magasins qui vendaient des chapeaux et des capes, d'autres qui vendaient bottes et ceinture, j'ai trouvé la statue de mes amis Xélor, qui eux, m'ont pas vraiment apprécié non plus mais ce n'est pas grave, j'ai même vu passer un Pandawa, mais il avait pas l'air comode, je suis arrivé à une place nommée "Zaap", ici, tous le monde criait dans ce langage bizarre, je comprenais rien, il y avait des "ki pour m'xp ? lvl 150 mini, no noubs", d'autres "achét koiff bouftou 3.000 kamas !", les typiques arnaqueurs "ven code audio 10.000k, pa test et kama avan", je suis allé voir un étrange cercle dans le sol, au centre une espèce de substance visqueuse était là, j'ai mis la main dedans, puis la tête et je voyais plein de monde qui allaient vers des destinations qui m'éttaient inconnus, Bonta, Brâkmar, Cania, tellement d'endroits ! Je me suis enregistré dessus et j'ai continué mon chemin.


Je suis arrivé jusqu'aux portes au nord d'Astrub, j'ai parlé avec les mercenaires, ils avaient l'air occupé à repousser la masse d'imbécile qui disaient tout et n'importe quoi, mais j'ai insisté pour qu'ils me répondent mais malheureusement, leur copain, un espèce de nain avec une cotte de maille trop grande pour lui me donna un coup de bâton dans l'estomac, me coupant le souffle et m'a envoyé dehors, et là j'ai découvert plein de monde qui attaquaient de pauvres moutons qui avaient des cornes... j'ai demandé à un aventurier qui avait un chapeau de sorcier avec des lunettes de pilote, très original, je lui ai demandé ce que c'étais que ces étranges bestioles, il m'a répondu de façon très courtoise, un peu comme ça : "lol tu c pa ske c un bouftou ?!" moi très surpris je lui demande de plus belle "Un quoi ?" et l'autre toujours aussi gentil "ben un bouftou... noub de m*rde" et il s'en alla. En voyant un "bouftou" caché derrière un arbre qui avait échappé au massacre, je suis allé le voir de plus près, il était tout petit, doux, mignon, mais il puait, à en tuer un Moskito ! Je l'ai carressé, il a fait un petit bruit, et à se moment là, tout le monde s'est retourné.


Le pauvre bouftou prit de folie, s'en alla en courant le plus vite possible, la horde de personne lui courrait après on se frappant dessus en même temps, ils sont doués ! Ils me piètinèrent tous comme si j'étais pas là et finirent par attraper la malheureuse bête, je suis allé la défendre mais un espèce de chat avec des cartes sur ça ceinture a sorti une grosse épée et me la mis sur la gorge et m'a dis "Je vais être gentil avec toi, soit tu dégages, soit je te coupe la tête, à toi de choisir" j'ai choisi de rester et d'aider l'innofensif Bouftou, mais il me frappa avec le côté de l'épée et m'a assomé.



A suivre dans le prochain chapitre "Un séjoure à NoobLand"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Sam 12 Avr - 0:13

Chapitre IV "Un séjoure à NoobLand"




Quand je me suis réveillé, j'étais dans une taverne, un gros homme bossu était à mon chevet en train de s'occuper de moi, je me suis réveillé en sursaut en le voyant, malheureusement la chambre était petite et je me suis cogné la tête sur toi, mais cette fois je ne me suis pas assomé, je me suis levé délicatement cette fois et j'ai papoté un moment avec l'homme, il m'explica que j'étais dans la Taverne d'Astrub, que j'étais au 2ème étage et que si je voulais je pouvais descendre, mais il m'a aussi dit que j'étais encore faible et que je devais encore resté au lit, j'ai pas voulu resté cloué dans un lit toute ma vie, alors je suis sorti, effectivement, l'homme avait raison, j'étais faible, j'ai déboulé dans les escaliers en roulant, une fois en bas, j'avais mal partout, alors l'homme m'a servi une bière et m'a dit de m'assoire, que ça ira mieux tout à l'heure après une bonne bière, il se nommait "Tek Abir".


Après une heure de repos, j'allais mieux, le morceau le plus dur était de sortir de la taverne en évitant les baguarres d'ivrognes, en sortant je me suis ramassé 2 coups de poings mais ce n'étais rien avec le coup qui m'a assomé. Une fois dehors, je me suis rendu compte que le tavernier était resté avec mon bâton, je suis donc retourné le voir et cet enfoiré m'a dit qu'il voulait le garder en échange son acceuil hospitalier, déçu et très en colère, je suis sorti de la taverne, au passage j'ai mis un coup pied à un piou qui a décolé du sol pour se perdre au loin dans le paysage... Une petite heure à errer dans la ville je suis tombé sur une grotte sombre, je me suis approché et dedans il y avait 2 disciples Enutrof, qui me demandaient de l'aide, j'ai parlé au vieux et il m'a dit que si je lui trouvait 10 pattes d'arakne, il allait m'ofrir quelques kamas et un peu d'experience, content, j'accepta et je me suis rué dans la mine, j'ai attaqué la première araignée que j'ai vu, et plusieurs aventuriers sont venu avec moi.


Après des flèches un peu partout, des ronces à 3m à côté, un Tofu un peu maladroit et un piège mal placé, on a fait connaissance et on est devenu amis, alors on se partageais tout, l'un prenait les amulettes en trop, l'autre prennait les plumes de tofu, l'autre les oeufs et moi les pattes d'arakne, on a gagné pas mal de puissance au fur et a mesure des combats, mes ronces allaient au bon endroit et touchaient les monstres, les flèche aussi, le Tofu attaquait dès qu'il pouvait et le Sram posait les piège de façon très stratégique, nous sommes tous passé niveau 3 après cela, tout fier avec mes 10 pattes, mes compagnons ce dont ils avaient besoin, je suis retourné voir le vieux crouton qui me dit que j'étais encore faible, pas content, je lui ai donné mes pattes, j'ai pris l'argent, l'experience et je lui lança une poupée dans la figure, ca lui a pas plu et me lanca une pelle qui m'a fait très mal à la tête, je me suis dis que j'étais pas de taille, enfin, pas littéralement, l'homme était vieux et tout petit mais c'étais un grand vétérant de guerre, il m'a dit qu'il avait autre chose pour moi, que je devais aller chercher 10 oeufs de tofu cette fois, je suis reparti dans la grotte, j'ai vu mes amis attaqués par un groupe plus fort qu'eux, je me suis join à eux afin de les aider pour qu'ils puissent gagner, mais mon absence avait causé bien des problèmes, ils étaient mal en point et devant nous on avait un nombre assez conséquent de monstres.


Notre archer, affaibli, ratait toutes ses flèches, il a même réussi à empaler le pauvre tofu, le sram lui, ne posait plus de piège, il se contentait de frapper avec des petites pierres noir, l'invocateur lui essayait d'enlever vainement le Tofu de la flèche mais il n'y arrivait pas, j'étais seul, enfin presque, j'ai réussi à tuer 2 araknes et 1 tofu, mais ils étaient beaucoup trop, la dernière araignée a eu raison du crâ et le tofu malade du Sram, l'Osamodas toujours occupé ne faisait pas attention, au bout d'un moment j'étais submergé par le nombre et on a été vaincu, je suis retourné à ce fameux zaap, mes amis... disparu...



A suivre... tout de suite !


Après une course épérdue à travers tout Astrub, j'ai trouvé mon ami l'Osamodas, il se reposait à sa statue, le sram et le Crâ... perdus, pour toujours, je ne les ai plus revu, décidés, on est retournés dans la mine pour les écraser à ces tofu et ses araknes, 1 heure de combat, des flèche dans les fesses, des ronces dans les pieds, on a eu ce qu'on cherchait, je suis retourné voir le vieux, je lui ai donné les oeufs, il m'a donné l'argent et l'experience, j'ai essayé un peu de chantage pour un peu plus d'experience mais ce fut évidemment inutile. Je suis sorti rapidement cette grotte infernale, j'ai décidé d'aller chasser quelques bouftous dont on parlait tant, après tout, ce n'était qu'un mouton avec de petites et misérables cornes, et bien, je m'étais trompé... encore une fois mais on a l'habitude maintenant.


A suivre dans le prochain chapitre, dans une semaine, "Un bouftou est un bouftou de trop" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Sam 12 Avr - 21:44

Chapitre V "Un Bouftou est un bouftou de trop"



Je suis arrivé dans les remparts d'Astrub, et j'ai trouvé un bouftou qui avait été épargné par la masse, j'ai décidé de l'attaquer, une fois le combat lancé et tous les deux prêt à combattre, j'ai commencé par une ronce, coup critique, en plein dans les dents ! Le bouftou pas content du tout a foncé sur moi a une vitesse qui m'a surpris, mais j'étais trop loin pour lui, j'ai attaqué de plus belle, le pauvre animal était déjà blessé mais n'abandonnais pas sa course, jusqu'au moment où il a réussi à me rattraper, il m'a mordu plusieurs fois, jusqu'au moment où à cause mes blessures et je me suis échappé, dans ma fuite, j'ai lancé un regard par dessus mon épaule et j'ai vu le bouftou agonisant et tâché de sang, cette image m'a particulièrement troublé, cette bête qui n'a rien demandé à personne, se faire tuer sauvagement et lâchement par quelqu'un...


Je me suis arrêté pour observer comment le Bouftou était en train de mourrir, jusqu'au moment il a ecarté les pattes et s'est laissé tomber sur le ventre, il a roulé sur le côté, et finalement, il est mort. Cet brave bête qui s'étais défendu jusqu'a la mort m'a ampli de tristesse et d'empathie envers le bouftou, la mort dans l'âme, j'ai rejoins la taverne pour me remettre de mes blessures, après quelques heures de repos, j'ai sauté de mon lit et je me suis dirigé de nouveau en dehors d'Astrub, cette fois, j'ai décidé d'aller attaquer quelque'chose de moins fort qu'un bouftou, je suis donc aller dans le sois-disant "Coin des Tofus", une fois arrivé, j'ai regardé aux alentours et je n'ai vu que des larves, des moskitos et les fameux Tofu dont on parle tant, j'ai décidé d'aller attaquer une petite larve bleue qui se trouvait par là et qui avait une sale tête, je lui ai lancé une ronce, celle-ci tomba en plein milieu de la larve, la coupant littéralement en deux parties.



Je ne décrirais pas la suite qui est un peu morbide, donc, une fois la larve morte, j'ai récuperer sa peau, qui sait, peut-être elle allait m'être utile. Après cette victoire un peu facile, j'ai choisi un Tofu, pour essayer, à ma grande surprise, le tofu a commencé avant moi, il était petit, mais très rapide et agile ! Il a foncé vers moi à une allure impréssionante pour ses si petites pattes, une fois arrivé tout proche de moi, il m'a filé un coup de bec dans le jambre, évidemment ça m'a fait mal, mais je sentais moins de douleur que de rage, surtout une fois que j'ai vu le tofu prendre ses jambes à son... bec ? Et se cacher au loin, j'ai pu remarqué qu'il était fatigué, donc j'ai reculé pour qu'il revienne me chercher. Le Tofu, pas très fûté, est revenu mais il était trop fatiguer pour m'atteindre, j'en ai profité et je lui ai lancé une ronce, celui-ci eclata comme un ballon qu'on a trop gonflé et il n'en restait que des plumes qui tombaient doucement sur le sol.


Décidé, j'ai attaqué une larve et un moskito pour essayer, j'ai eu l'initiative, j'ai lancé encore une autre ronce sur la larve qui a subi le même sort que son ami, il ne restait plus que le moskito, avec ses petites ailes, son corps plein de petits poils et bien gras, il a volé péniblement vers moi, mais ce n'étais pas asser, je lui ai donc lancé une ronce, très étonné, je ne l'ai pas vu exploser, ni se faire trancher, mais tout il s'est, en quelques sortent- transformé en un petit squelette fragile qui a été absorbé par la terre, à la vue de se spectacle je suis resté devant en fixant l'endroit où le squelette a été avalé par le sol, troublé, je re-mémorait ce moment que je n'étais pas près d'oublier.


Après cela, je suis rentré très pâle à la taverne pour me prendre une bonne bière, mais une étrange personne envelloppé dans une cape bleue dont une capuche cachait son visage, on voyait dans l'obscuritée qui empêchait de voir son visage, deux points vert qui scintillaient, il m'a appellé et m'a parlé à propos d'un livre, un fragment d'un livre dont je n'ai pas retenu le nom dû à ma mémoire pas exceptionnelle, quand il me dit son nom, c'étais comme si un vent glacé parcourait mon échine, il s'appellait Acidrik Fenlapanse, sa façon de me parler et de prononcer les mots était, pour moi, particulièrement troublante, il m'a expliqué qu'il voulait que je retrouve le Fragment du livre dont il m'avait parlé, j'étais tellement fasciné et à la fois effrayé par Acidrik que j'ai à peine entendu ce qu'il voulait me dire.


Une fois qu'il avait fini de parler, je lui ai simplement répondu que j'allais trouver ce sois-disant Fragment dont il y tenait tant, mais je n'étais pas au bout de mes peines... malheureusement...



A suivre dans le prochain chapitre "Mais comment un morceau de bouquin peut causer autant de problèmes ?!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Lun 14 Avr - 3:00

Chapitre VI "Mais comment un morceau de bouquin peut causer autant de problèmes ?!"



Partant donc fièrement à la recherche du livre, je profitais pour regarder le paysage, les Pious qui se cachaient de moi parce qu'ils ont eu un mauvais souvenir de la dernière rencontre et en même temps, les gens se battre pour un oui ou pour un non. Je regardais dans les vitrines, et je jettais un petit coup d'oeil à ce que vendais certains joueurs sur place, n'ayant pas d'argent beaucoup ont refusé de me laisser voir, même un m'a frappé mais j'ai pas eu mal, faut dire, un Feca, ça ne tape pas très fort.


Je n'avais absolument aucune idée de comment avoir ce livre, alors je suis parti chasser du bouftou, étant misérablement faible, je me suis attaqué aux bouftous par paquet de un, la technique était lâche mais éfficace, je frappais et je reculais, ainsi de suite jusqu'a avoir raison du Bouftou, après quelques heures, toujours rien, juste un sac rempli de laines, cuirs, cornes en tout genres, mais toujours pas de livre. Ne pouvant plus en porter plus, j'ai décidé d'aller vendre tout ça au Tavernier, ça me fera un peu d'argent, une fois à la Taverne, un petit problème, le sac ne passait pas par la porte, donc j'ai du me résoudre a donner les objets un par un, cela m'a pris le reste de la journée.


Après cela, je me suis dis que peut-être un de ces fourbes Tofu avait pris le livre, après tout, c'est possible, vue la capacitée cérébrale d'un Tofu... je suis donc parti au Sud de Astrub, dans le nommé "Coin des Tofus", une marche de 20 minutes, tranquille, je suis arrivé, toujours les mêmes larves, moustiques et Tofus, j'ai attaqué un Tofu qui était isolé dans un coin, il n'a pas mis longtemps à mourir, une ronce par ci, une par là, et hop, plus de tofu, j'ai répété la même action pendant trèèès longtemps mais sans succès, pas plus que celui des Bouftous.

En ayant plus que marre, je suis retourné voir Acidrik, mais le monsieurs avait disparu de la Taverne, les gens disparaissent toujours au bon moment, non? Énervé, je suis allé visiter la ville, en donnant un coup de pied au Piou qui se trouvait à proximité, se perdant au loin, je suis passé à côté du magasin d'un ecaflip qui vendait le fameux livre, j'étais au points de m'arracher les poils tellement j'avais la rage d'avoir fait tout ça pour rien, je suis allé voir cet Ecaflip avec la simple attention de lui acheter le livre, mais l'Ecaflip étant entêté ne voulait pas me le vendre, alors j'ai essayé de monter le prix, mais il me manquait de l'argent pour le lui acheter.

Connaissant les Ecaflips et savant qu'ils sont très joueurs, j'ai décidé de jouer avec lui à pierre-feuille-ciseaux, convaincu de moi-même on a commencé, en 1 minute j'ai été lamentablement écrasé et donc obligé d'aller me trouver le maudit argent qui me manquait pour le livre, cet Acidrik allait vraiment me payer tout ce qu'il m'a fait faire, parole de Sadida!



Hé oui, ce chapitre était assez court, la suite dans le VII "Retrouver les fragments retrouvés III du livre 'Le temps des Dragons' ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molov
HouHou Supérieur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Sam 19 Avr - 20:30

Chapitre VII "Retrouver les fragments retrouvés III du livre 'Le temps des Dragons' "



J'ai commencé par déambuler dans la ville, demandant une petite monnaie de temps en temps, et en prenant une baffe de temps en temps aussi, une fois j'ai trouvé une monnaie, d'un kamas par terre, malheureusement pour moi, on me l'a pris sous la main, au moins maintenant je sais que les Pious sont rapides et agiles. J'ai demandé où est ce que je pourrais me trouver un peu d'argent mais les réponses n'ont pas été très concluantes, pour ne pas dire embrouillantes et inutiles.


Sauf une fois, j'ai croisé un gentil Eniripsa qui m'a dit qu'en effectuant plusieurs missions par ci par là je pourrais m'en procurer un peu, aussi en faisant un métier, il m'a conseillé paysan, mais faucher des heures sous un soleil brûlant avec tous les poils que j'ai, ce n'étais pas un très bon plan, j'ai donc cherché les quêtes.


Je suis arrivé dans une petite maison où il y avait une Sadidette, elle m'a demandé si je pouvais l'aider, je lui ai répondu que je pourrais en moyennant quelques kamas, elle a accepté (sans me baffer ni me frapper à ma grande surprise). Elle m'a donc demandé de lui ramener une nouvelle paire de ciseaux.


J'ai pris les ciseaux rouillés et j'ai demandé où je pouvais les changer, on m'a répondu que je devais aller voir le forgerons, c'est ce que j'ai donc fais, mais là, comme par hasard (et malchance habituelle), celui-ci manquait de fer pour les réparer, j'ai juste eu à sortir et me diriger à droite, quelqu'un avait fais tombé quelques morceaux de fer, je les ai pris et je suis retourné chez le forgeron.


Après des coups de marteaux, des jurons (à cause des coups de marteau sur les doigts, l'inévitable), des cris de douleurs, j'ai enfin eu mes ciseaux. Tout fier, je suis revenu voir la Sadidette, et comme dernière tâche, elle m'a demandé d'aller prendre une touffe de cheveux de chaque classe de Disciple qu'il y avait en Amakna, à exception fait des Pandawas (à croire que c'est de la discrimination), ayant un mal présentiment, j'ai pris les ciseaux neufs, et je suis sorti à pas lents et lourds. Pour commencer, j'ai coupé un peu de mes poils, à grand regret, et oui, couper ses poils, pour un Sadida, c'est comme de la torture, à part ça, j'ai pris les cheveux et je les ai gardé dans un petit compartiement sur le côté de mon sac que j'ai fermé minucieusement, je ne tenais pas à me couper des poils encore une fois.


Je suis enfin parti errer dans la ville pour voir qui voulait bien que je lui coupe une mèche de ses cheveux, en voyant les gens fuir en me regardant marcher avec des ciseaux dans les mains et en train de scruter l'horizon pour trouver quelqu'un, j'ai déduis que ça n'allait pas être chose facile.


Chapitre VIII (et peut-être le dernier) : "Ne pas vendre la mèche avant de l'avoir coupé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nosnos-djaul
Gouverneur



MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Mar 7 Juin - 23:42

Zou (juste envie d'enlever de la poussière)

_________________
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Moi je réunis la théorique et la pratique : Rien ne fonctionne ... et personne ne sait pourquoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Molov, un conteur né (probablement).   Aujourd'hui à 12:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Molov, un conteur né (probablement).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» compteur
» Scion à vendre
» Tournoi des conteurs de Légendes [59]
» Ferrari 458 Italia Racing Wheel - Officiel Ferrari & Xbox 3
» Présentation de GEIST

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bande de HouHou :: Le HouHou enchaîné :: La caverne d'Ali BlaBla-
Sauter vers: